“Quelque chose a Respiré”

Ce stage m’a rappelé par certains aspects les enseignements d’un petit livre du philosophe E. Herrigel “Le Zen dans l’Art Chevaleresque du Tir à l’Arc” dont je conseille la lecture à tous les apprentis comédiens.

L’auteur y raconte le voyage de plusieurs années qu’il fait au Japon pour apprendre le zen (qui ne s’apprend qu’à travers une discipline concrète, pratique ; ici le tir à l’arc). Le maître leur apprend à se débarrasser de l’appréhension du résultat (la flèche dans la cible) pour se consacrer pleinement à la respiration et à la répétition du geste du tireur. “Quelque chose doit tirer” aime-t-il à répéter, qui n’est pas dans notre tête. Seule compte la respiration, l’air qui rentre et sort, et qui petit à petit défait toutes nos tensions musculaires (conscientes ou inconscientes).

Au début du stage, le corps résiste (la mâchoire dans mon cas), mais la libération arrivera tôt ou tard par le travail de la respiration. On apprend à retrouver ses émotions là où elles sont fondamentalement, étonnamment plus accessibles qu’on ne l’imaginait. Il n’y a pas d’exigence de résultat impératif; les exercices s’enchaînent et nous font progresser d’une manière ou d’une autre, à condition bien sur d’y être actif.

J’en retiens surtout le plaisir de travailler avec Isabelle. C’est un travail difficile, mais qu’on fait avec énormément de plaisir grâce à elle, à son talent d’écoute qui nous libère de la crainte du jugement, et à son bonheur je l’avoue contagieux.
Courrez-y c’est important 😊

Envel-Oan Bodinier, étudiant en art dramatique.